Ramassage de déchets

Ramassage de déchets
Ramassage de déchets
Ramassage de déchets
Ramassage de déchets
Ramassage de déchets
Ramassage de déchets
Ramassage de déchets
Ramassage de déchets
Ramassage de déchets

A l’occasion du 1er Mai 2012, jour marquant la célébration de la fête de l’agriculture et
du travail, l’association des jeunes de Gros-Morne pour le Reboisement (AJGR) en tant
qu’association visant à apporter sa participation dans la protection de l’environnement, dans la
plantation d’arbres ne voulait pas rester inactif. Ainsi, après maintes réflexions, elle a pris une
résolution de procéder à une séance de nettoyage au bord la rivière mancelle communément
appelé : "kot Man Peren" un lieu où les gens venant de plusieurs zones jettent les détritus
(fatras) tandis que dans ce même lieu il y a beaucoup de marchands marchandes/ qui installent
des produits destinés à la consommation. Ce qui représente un véritable danger pour la
population et de plus, ces détritus se trouvent à côté de la rivière, ce qui contamine l’eau que la population utilise à sa consommation et pour d’autre services tels que : lavage des habits, pour baigner, pour boire aussi etc...

Sur ce, dès sept (7) heures du matin, environ une cinquantaine de personnes avaient pris part
dans cette séance de travail. Nous avons avec nous, deux étrangères d’origine américaine
répandant aux noms de Kelly et Gina. Chacun tenait un râteau, une pelle, une bouette. On
rassemble les fatras et la Mairie Gros-Morne a pour mission de passer les enlever pour les
déposer dans un lieu destiné à cet effet. Après quelques heures de travail, nous avons reçu la
visite du maire de la commune en l’occurrence Mr Rodner A. Dameus qui dès son arrivée a
félicité AJGR d’avoir entrepris une telle initiative, car dit-il ce travail devrait être réalisé par la Mairie. Mais AJGR, n’attend pas l’intervention de la Mairie et elle commence à travailler.
Le Maire a promis d’accompagner AJGR dans ses activités visant à améliorer le visage de la
commune. Sans tarder, il nous a demandé de se rencontrer le 2 Mai 2012 aux environs de 5
heures de l’après midi au local de la Mairie pour une meilleure prise de contact et qu’ensemble
nous pouvons déterminer une meilleure façon de voir les choses surtout la question de fatras
dans la communauté Gros-Mornaise.

Arrivé aux environs de 11h30 du matin, AJGR avait procédé à une séance de distribution de sacs
en tissu pour que les femmes puissent aller au marché et ensuite ceci va permettre aux femmes
d’utiliser le moins de sachet en plastique quand elles vont au marché. Il faut souligner que
l’utilisation de ces sachets contribuent dans l’augmentation de nos détritus (fatras) et représentent un danger éminent pour la santé humaine. Il ne faut pas oublier que nous avons reçu ces sacs de la part de «Kay Jezi Mari» Sœur Patricia, qu’elle-même a la volonté de contribuer dans la réduction de ces sachets.

Environ une centaine de sacs ont été distribués. L’Association va faire de son mieux pour voir dans
quelle mesure elle peut trouver des sacs et participer dans la réduction des sachets à un
fort pourcentage.

Les gens qui reçoivent les sacs ont manifesté leur contentement et ils nous encouragent à faire
le mieux de nous pour trouver d’autres sacs pour distribuer à la population. C’est un travail qui
est apprécié : les passants venant des autres localités, les personnes qui habitent à proximité de cet espace, les marchands qui vendent au bord de la route pour ne citer que ceux-là. Ils nous ont
demandé de faire le suivi du travail pour qu’on ne continue pas à jeter les détritus dans ce même
lieu et qu’un comité de surveillance devrait mettre sur pied pour gérer la situation. A ne pas
oublier qu’il y avait la présence de certains medias de la ville qui ont interviewé des responsables d’AJGR.

Arrivé à 12 Heures PM. AJGR avait laissé ce lieu pour s’attendre à Médéric aux fins d’aller
faire des nettoyages dans sa forêt située sur son propre terrain dans ce dit lieu.

Ainsi, AJGR estime que notre environnement est malade voilà pourquoi notre société est
malade aussi. La situation est tellement grave, ceci pousse les experts à parler de catastrophe écologique. Le déboisement ne constitue qu’un facteur parmi d'autres tels l’inattention aux éléments du milieu ambiant : manque d’eau, drainage inadéquat des eaux de pluie. Sans oublier l’insalubrité urbaine. Empilements de débris. Marchés à ciel ouvert. Pullulement de moustique dans les mares. En vérité, notre société ressemble à une poubelle.

Notre nature s’appauvrit toujours plus. Des dizaines et même des centaines d’espèces animales et végétales risquent de n’être plus que des souvenus : mal fini, papillon de la Saint-Jean, Jacquot, crabier, ounganeguès, mapou, bayahonde, palmiste, sapotille, caïmite sont en voie de disparition chez nous, la problématique de l’écologie révèle clairement l’insouciance de nos dirigeant. Quelle
chose ne va pas chez nous et c’est grave ! AJGR demande comment pouvons-nous accepter de vivre dans un pays, dans une communauté si sale, pendant de si longues années ? Comment pouvons-nous dire que nous sommes en santé.

C’est dans cette optique que l’Association des Jeunes de Gros-Morne pour le Reboisement se donne pour mission de planter des arbres à travers toute la communauté Gros-Mornaise, procéder de temps en temps à des séances de nettoyage dans la communauté et dans l’avenir elle pense à élargir le cadre.

Nous savons que les taches à entreprendre pour arriver à une guérison sociale et faire renaitre
un espoir écologique sont immenses, mais avec la volonté nous pouvons le faire. D’ailleurs si quelqu’un veut entendre le chant de certains oiseaux, qu’il se rendre à Médéric dans la forêt d’AJGR et là il va revivre le cri des oiseaux comme dans les temps passés.

En conséquence, AJGR se donne pour devoir de participer activement dans la protection de
l’environnement par la plantation d’arbres de toutes sortes. Le principal défi reste la prise de
conscience de chaque haïtien que quelque chose ne va pas. Il faut qu’il existe une autre façon de
vivre dans ce pays et surtout à Gros-Morne une autre façon de penser l’éducation de la jeunesse haïtienne, telle est la devise d’AJGR.

Ecrit par :JEAN-PHILIPPE Raymond responsable des relations publiques.

Comité d’organisateur : TRAGELUS Wilson, JEAN-PHILIPPE Raymond, JOSEPH
Henri-Claude, PETIT-HOMME Anneus, DICILIEN Fristbert, OXIATUS Roges,
CLERVEAUX Etgard, VALERY Pierre Antoine.

Translation Note: The French version of this content is being displayed because the Haitian creole translation is unavailable.