ECO VÉLO, Un autre pas écologique , au service de nos populations !!!!

 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!
 ECO VÉLO, Un autre pas  écologique , au service de nos populations !!!!

« Pour venir dans mon centre d’apprentissage, je dois faire plus de 12 km de mon village jusqu’à Vogan, le chef-lieu de notre Préfecture. Le temps d’arriver à la maison très fatiguée le soir, il sonne souvent 22h et surtout en pensant à tous les malheurs qui peuvent m’arriver dans le noir notamment le viol, le meurtre, le vol ou un animal féroce. C’est pour cela que j’ai décidé de ne plus continuer mon apprentissage. Mais si je trouve le vélo, je peux revenir vite avant la nuit pour éviter ces malheurs précités ».
Ce témoignage aussi touchant et vibrant venait d’une fille de 16 ans qui a fait effectivement ce long trajet pour venir bénéficier d’un vélo lors d’une séance de distribution. Mais malheureusement, elle n’a pas pu trouver un parce qu’elle était arrivée un peu tard et aussi le nombre de demandeur est plus de dix fois ce que nous avons prévue pour cette zone. C’est alors que dans une lamentation et pleure, elle nous a narré son ses soucis.
Le projet ECO VELO, après une année d’essai est en train de rentrer dans un mouvement incontournable pour la mobilité et surtout pour la survie de milliers de personnes. La demande aussi fortement grandissante devient un cauchemar pour nous. « Qui donner et qui ne pas donner » telle est la phrase qui est aujourd’hui sur nos lèvres. Les coûts de transport des vélos vers les milieux où ils ont plus besoin (ruraux) deviennent très exorbitants, mettant ainsi le projet toujours sur le rouge.
« La caravane doit passer, nous devons donc tout faire pour empêcher le chien des dépenses d’aboyer », afin d’inscrire ce projet sur la liste des plus grands projets de notre pays. Voilà l’objectif qui nous dirige.
Rappelons que ce projet est un fruit de partenariat entre Terre des Jeunes et Cyclo Nord Sud, tous au Canada.
Un grand remerciement à tous ceux qui ont œuvré pour la réussite de ces activités.

Translation Note: The Francés version of this content is being displayed because the Español translation is unavailable.
Grupos: